Prele “japonicum”

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #154419
    clementine31clementine31
    Jardinier Malin

    Bonjour, j’ai admiré dans une jardinerie une magnifique plante très originale la PRELE JAPONICUM; cette plante semble destinée à vivre dans des zones marécageuses, prés des bassins ou en zone humide.

    Je suis très tentée de l’installer a l’intérieur de ma maison ; il lui faudra certaines conditions d’humidité constante et d’arrosage ; qu’en pensez vous ?

    Merci de vos réponses, bien cordialementprêle japonicum

    #154420
    luis_prluis_pr
    Jardinier Malin

    Bonjour, clementine31. La prêle (Equisetum hyemale), également appelée prêle rugueuse ou jonc à récurer, est une plante vivace à feuilles persistantes sans floraison. Il a des tiges vertes verticales avec des bandes horizontales, semblables au bambou, mais les tiges sont maigres, comme les hautes herbes, et il se reproduit facilement à travers les rhizomes. Cependant, la prêle n’est pas liée au bambou, à l’herbe ou aux fougères. Son espèce remonte à l’époque paléozoïque, il y a environ 350 millions d’années. La prêle pousse dans des conditions humides et peut même pousser dans l’eau stagnante. Pour cette raison, il est couramment utilisé pour décorer les jardins aquatiques ou les zones marécageuses où peu d’autres plantes peuvent survivre. Il est également couramment cultivé le long des bordures ou dans de grands pots de patio, de la même manière que les graminées ornementales.

    La prêle se propage via les rhizomes et est un épandeur si agressif qu’elle serait probablement considérée comme envahissante si elle n’était pas déjà originaire d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie. De nombreuses pépinières les décrivent comme des épandeurs agressifs. Ceci est une considération importante lors de la plantation de prêle n’importe où à l’extérieur d’un pot. Pour l’empêcher de s’emparer de votre jardin ou autre sol planté, il est conseillé d’utiliser des barrières de sol ou une autre forme de confinement. Les jardins urbains ont tendance à les planter dans le sol, mais de nombreux jardiniers amateurs les cultivent dans des conteneurs.

    Les tiges creuses sont parfois vert foncé mais peuvent sembler bronze pendant les mois d’hiver. De minuscules arêtes courent verticalement le long des tiges et contiennent de la silice, ce qui leur donne la sensation rugueuse qui a valu à la plante le nom commun de «prêle rugueuse». Les premiers Américains utilisaient cette plante pour récurer les casseroles et les poêles.

    Le défi avec les prêles est de les empêcher de se propager dans des endroits où vous ne voulez pas qu’elles poussent. Ils ont une forte tendance à se propager et à former une monoculture. D’un autre côté, si vous souhaitez que les plantes remplissent une zone défavorable à la plupart des autres plantes (ou si vous prévoyez de les cultiver en pots), la capacité de propagation de la prêle est souhaitable.

    Pour contenir la prêle plantée dans le sol, vous pouvez installer des barrières en plastique dans le sol, la même méthode que vous pouvez utiliser pour contenir le bambou envahissant. Une autre option consiste à planter la prêle dans un pot profond enfoui dans le sol. Les variétés de prêle sont extrêmement adaptables à différents niveaux de lumière, du plein soleil à l’ombre complète, mais vérifiez l’étiquette de la plante pour les exigences d’éclairage spécifiques de la variété que vous achèterez. En termes d’humidité du sol, la prêle préfère un sol au moins modérément humide. Il peut même pousser dans de l’eau stagnante jusqu’à une profondeur d’environ 10 cm. En même temps, il est également tolérant à la sécheresse.

    La prêle poussera dans presque tous les types de sol, du sable ou du gravier à ce que nous appelons la boue humide du Texas, et elle tolère une gamme de niveaux de pH, de modérément acide à modérément alcalin. Idéalement, le sol doit être bien drainé.

    En général, les plantes de prêle n’ont pas besoin d’un sol particulièrement riche ou fertile, donc la fertilisation n’est souvent pas nécessaire. Si vous le souhaitez, vous pouvez le nourrir avec un engrais végétal à libération lente.

    Il existe également des variétés très hautes et panachées. Pardonnez mon français cassé.

     

    Luis

    #154433
    liline-5efe2e42146d2Liline
    Jardinier Malin

    Bonjour Clémentine.

    Oui bien sûr comme vous l’a dit Luis, vous pouvez la cultiver en très grand contenant, et ne jamais oublier de l’arroser et un emplacement lumineux et un substrat acide. C’est vraiment très joli, graphique, j’adore, mais à éloigner de chez moi car mon terrain est humide, elle s’y plairait trop. Heureusement je n’ai pas à aller très loin pour l’admirer.

    Je pense que c’est de culture facile.

    Bon dimanche.

    #154436
    liline-5efe2e42146d2Liline
    Jardinier Malin

    Nous utilisons la prêle des champs pour faire du purin. Est il possible d’en faire avec la prêle japonicum ?

    #154447
    luis_prluis_pr
    Jardinier Malin

    Oui, j’ai entendu dire que certaines personnes l’utilisaient pour fabriquer un engrais pour tisane, mais je n’ai pas essayé de l’utiliser.

    #154449
    luis_prluis_pr
    Jardinier Malin

    Lorsque le seau de “thé” est épuisé, vous pouvez jeter les restes restants sur votre tas de compost … bien que si vous utilisiez de la prêle, je ne prendrais pas le risque (je le jetterais à la poubelle).

    #154458
    liline-5efe2e42146d2Liline
    Jardinier Malin

    Comme engrais je ne connais pas, je crois que c’est pour l’oïdium et je ne sais plus quoi d’autres qu’on l’utilisait, car maintenant on utilise plus l’ortie, la consoude et la tanaisie car on les a sur place.

     

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)